fbpx

A la Rencontre d’Antonin, Ingénieur Brevet dans le secteur médical

A la RENCONTRE d’Antonin, Ingénieur Brevet dans le secteur médical

La semaine dernière, nous sommes partis (depuis la maison évidemment !) à la rencontre d’Antonin, originaire de Grenoble et  Lyon. Antonin est ingénieur brevet dans le secteur médical. 

“Dans ce contexte particulier, les voitures nous n’en avons pas nécessairement besoin, par contre le patient qui a besoin de son traitement médical, il le lui faut immédiatement.”

 

ingénieur brevet

Découvrez le quotidien d’Antonin

 

1 – PEUX-TU NOUS RACONTER TON PARCOURS ?

J’ai effectué un parcours classique d’études scientifiques : bac scientifique et deux ans de classe préparatoire (PCSI-PC) pour préparer les examens d’entrées aux écoles d’ingénieurs. J’ai ensuite été diplômé de l’école Institut Textile et Chimique de Lyon (ITECH) en septembre 2015 et je me suis retrouvé un peu par hasard dans les brevets.

Lors de ma première année d’école, j’ai participé à un concours d’entreprenariat « Campus Création » autour de la création d’un nouvel espace culinaire en ville « Cuis’ in City ». Suite à ce projet, j’ai décroché un stage à Montréal au sein d’une startup spécialisée dans les nouvelles technologies liées au domaine du vin et des caves. J’ai étudié et analysé la concurrence et les documents qui pouvaient être en lien et participé à l’écriture, à la description du dispositif mis en place par Cellier Domesticus.

Par la suite j’ai été toquer à la porte du service brevet de FAURECIA, j’ai eu l’occasion d’y travailler pendant un an et demi. Ce fût un moment opportun pour moi car j’ai pu y travailler sur des sujets variés et complexes allant de la simple mécanique jusqu’au concept de la voiture “autonome”.   

En octobre 2015, j’ai commencé à travailler chez DAVRICOURT. J’ai ensuite rompu mon contrat en mai 2017 pour effectuer un VIE chez Plastic Omnium. C’est en mai 2018 que je renouvelle l’expérience chez DAVRICOURT en tant que consultant pour une entreprise dans le secteur médical qui conçoit des dispositifs médicaux à destination des laboratoires et autres.

2 – EN QUOI CONSISTE LE MÉTIER D’INGÉNIEUR BREVET ?

L’ingénieur-brevet exerce soit en profession libérale, soit comme salarié en industrie ou dans un cabinet. Il s’occupe de la partie technique, économique et droit.

Mes missions sont principalement :

  • L’IDENTIFICATION : sensibiliser les collaborateurs au fait que la réalisation d’un projet peut être considérée comme une invention. Pour cela, j’anime avec mon collègue une formation sur la propriété industrielle afin de transmettre les bonnes pratiques aux inventeurs.
  • LA PROTECTION DES INNOVATIONS : il s’agit du dépôt des demandes de brevet, de dessin, de modèle, de marque… Par exemple, lorsque l’entreprise crée un nouveau produit, il faut déposer la marque pour être certain qu’elle ne soit pas volée par un concurrent ou un client.
  • LA RECHERCHE ET LA MISE EN ALERTE : c’est-à-dire vérifier que l’invention sur laquelle je travaille est nouvelle ou non et surveiller la concurrence.
  • ÉTUDE DE LIBERTÉ D’EXPLOITATION : s’assurer que nous sommes libre de droit sur ce qu’on souhaite développer et/ou vendre aux clients.
  • LA GESTION DU PORTEFEUILLE BREVET : réponses aux offices pour s’assurer que nous protégeons bien nos idées et nos produits.

3 – DANS QUELS SECTEURS, PEUT-ON EXERCER CE MÉTIER ?

Nous pouvons exercer ce métier dans de nombreux secteurs différents. Par exemple je suis passé de l’automobile au médical mais je pourrais très bien travailler dans une société pharmaceutique, de peinture, dans les logiciels ou encore les composants électroniques. A partir du moment où cela nécessite de la propriété intellectuelle et de la création d’innovation, il y a forcément des brevets qui peuvent se faire.

4 – D’APRÈS TOI, QUELLES SONT LES QUALITÉS NÉCESSAIRES POUR EXERCER CE MÉTIER ?

Les qualités nécessaires à tout ingénieur sont, pour moi, être un peu « tordu du cerveau » (rires) ; être curieux de comprendre comment ça fonctionne, de réfléchir à une autre configuration éventuelle. Également être capable de s’adapter rapidement pour pouvoir passer de sujets liés à la technique au droit mais aussi au business pur et surtout être un peu professeur de français dans l’âme (on passe tout de même nos journées à lire, écrire et corriger)

5 – QU’EST-CE QUI TE PLAÎT LE PLUS DANS TON MÉTIER ?

Le salaire (rires) ! Non plus sérieusement, j’apprécie de travailler dans le secteur médical plutôt que les voitures. Dans ce contexte particulier, les voitures nous n’en avons pas nécessairement besoin, par contre le patient qui a besoin de son traitement médical, il le lui faut immédiatement. J’ai l’impression de travailler sur des choses qui ont une utilité finale et du sens.
J’aime également l’écriture, apprendre toutes les astuces de rédaction mais aussi comment mieux décrire une invention et ses configurations.

Enfin, j’apprécie particulièrement ce challenge de recherche dans le cadre de l’art antérieur, passer d’un document à l’autre jusqu’au moment où je tombe sur celui le plus proche.

6 – COMMENT ARRIVES-TU À EXERCER TON MÉTIER EN CETTE PÉRIODE DE PANDÉMIE ?

Je n’ai pas eu grand-chose à adapter par rapport à d’habitude.

Le home office c’est quelque chose de particulièrement adapté à mon métier, au niveau de l’écriture, du checking de dossier, de réponse administrative et légale. C’est vrai que l’ordinateur me facilite énormément les choses même si le contact physique reste idéal pour faire passer les messages.

7 – QUELS SONT LES AVANTAGES ET INCONVÉNIENTS DU TÉLÉTRAVAIL DANS TON MÉTIER ?

C’est parfois fatigant au niveau du matériel : ne pas avoir deux écrans, ne pas avoir une chaise adaptée et surtout le fait de ne pas sortir en cette période ! Mais il y a pire… Il faut penser à aérer son lieu de travail, faire attention aux heures, se forcer à faire des pauses. Par exemple, tu peux facilement rester devant ton PC étant donné que tu es chez toi et finir par déjeuner devant.
Mais a contrario, je dors beaucoup plus. Il y a également des avantages à être en télétravail, être directement chez soi, éviter les transports, être complètement autonome au niveau des horaires.
Remarque utile pour les télétravailleuses-télétravailleurs : faites attention à votre dos et organisez-vous pour faire des pauses !

8 – UNE ANECDOTE OU UN SOUVENIR À NOUS RACONTER CHEZ DAVRICOURT ?

Lorsque je dépose du courrier chez DAVRICOURT, dans la partie expéditeur, je m’amuse toujours à écrire des conneries : John Wick etc… (merci au service administratif de toujours me supporter…)

9 – QUELS CONSEILS POURRAIS-TU DONNER À UN JEUNE QUI VEUT EXERCER LE MÉTIER D’INGÉNIEUR BREVET ?

Il faut être prêt à faire de la gymnastique du cerveau et devoir analyser 40 brevets en une journée…
Je conseille aussi d’avoir toujours de l’humour, de la fraîcheur par rapport à son travail, dans le sens où les brevets ça peut être pénible ! Il y a de nombreux documents à remplir, il faut être patient quand l’inventeur envoie simplement un seul pauvre schéma pour définir son invention.
Et pour finir, restez ouverts aux méthodes de travail des autres. Soyez diplomates.

10 – SI TU AVAIS UN MESSAGE POUR LE SERVICE MÉDICAL QUI LUTTE CONTRE LE CORONAVIRUS ?

Avant même cette crise, MERCI, merci pour tout ce que vous faites, votre patience et votre courage !

Je remercie aussi le reste du personnel médical, les caissiers et tous les métiers actuellement sollicités et essentiels.

 

 

bande_signature

 

LE MÉTIER D’ANTONIN VOUS INTÉRESSE ?

Découvrez nos offres d’emploi

Découvrez les formations et les diplômes

Partager
A la Rencontre d’Antonin, Ingénieur Brevet dans le secteur médical